Le concurrent de l'UFC, Rob Font, obtient le feu vert de l'USADA après un faux échec à un test de dépistage de drogue en raison d'un produit cosmétique


Le retour réussi de Rob Font à la compétition vient de se heurter à un obstacle majeur. Le talent des poids coq qui se bat contre le cartel de la Nouvelle-Angleterre est revenu d'une année sur la touche en raison d'une blessure en décembre de l'année dernière, ce qui a eu un impact immédiat dans l'Octogone avec des victoires consécutives contre le récent prétendant au titre Marlon Moraes et l'ancien champion Cody Garbrandt.

Cependant, Font a presque failli se retrouver sur la glace après que MMA Fighting ait rapporté qu'il était du mauvais côté d'un échec à un test de dépistage de drogue «en compétition», résultant d'un échantillon prélevé le 22 mars – autour de son combat contre Garbrandt. Font est actuellement suspendu temporairement par la Nevada State Athletic Commission en attendant la prochaine réunion du NSAC du 7 juillet. Cependant, avec les nouvelles récentes selon lesquelles le partenaire de test de drogue de l'UFC, l'USADA, a déjà innocenté le combattant de ses actes répréhensibles, il devrait pouvoir reprendre la compétition dans un avenir immédiat.

Dans une déclaration écrite publiée vendredi, le manager de Font a expliqué les circonstances entourant le test positif de Font. Notamment qu'un échantillon d'urine fourni par Font a été testé positif à l'acide 4-chlorophénoxyacétique, un métabolite associé au méclofénoxate stimulant interdit. C'est aussi, cependant, un additif commun aux produits de soins de la peau et de beauté.

« Rob n'a jamais pris de substances interdites et l'USADA l'a déjà innocenté de tout acte répréhensible. Cependant, la Nevada Athletic Commission examine toujours les faits », a écrit le manager de Font, Tyson Chartier, dans un communiqué publié vendredi.

« Nous avons récemment appris qu'en janvier de cette année, l'Agence mondiale antidopage (AMA) a publié une » lettre technique « conseillant à tous les laboratoires accrédités par l'AMA (les laboratoires utilisés dans le cadre du programme UFC/USADA) de commencer à signaler les cas en un excès de 1000 ng/ml de 4-CPA en tant que « résultats analytiques anormaux » pour le stimulant méclofénoxate, même en l'absence de méclofénoxate. Nous avons appris que le cas de Rob, et un autre dans le monde olympique, étaient les deux premiers cas positifs de méclofénoxate signalés dans le cadre de cette nouvelle «lettre technique». L'échantillon de Rob contenait plus de 1900 ng/ml de 4-CPA, mais aucune trace de méclofénoxate.

« Nous avons tout de suite su que Rob n'avait rien fait de mal. Rob est un professionnel et très détaillé dans tous les aspects de sa préparation. Ce professionnalisme et cette attention aux détails ont sauvé Rob dans ce cas. Nous avons rapidement été en mesure de fournir à l'UFC et à l'USADA tout ce que Rob a consommé avant le combat. Des aliments, des suppléments certifiés et testés, voire des produits pour la peau et les cheveux ont été fournis pour chercher des réponses. Le tout accompagné des reçus d'achat. Team Font a fourni un document de 35 pages, répertoriant TOUT ce qu'il a fait en vue de ce combat, y compris des photos de ce qu'il a consommé et utilisé.

Le responsable de Font a ajouté qu'il avait été informé que tous les échantillons collectés autour de la carte UFC du 22 mars avaient montré des traces de 4-CPA, et que l'USADA avait depuis effectué des tests montrant que même une seule application de crème solaire pouvait entraîner un test positif comme la seule police renvoyée. S'adressant aux combats du MMA, le tsar des drogues de l'UFC, Jeff Novitsky, a clairement indiqué que le cas de Font devrait être traité comme un « vrai faux positif ».

« Il s'agit d'un véritable cas de 'faux positif' », a déclaré Novitzky à MMA Fighting. « Et le blâme repose carrément sur les épaules de l'Agence mondiale antidopage. Leurs scientifiques ont présenté des directives à leurs laboratoires accrédités qui étaient complètement fausses. Nous savons avec certitude que l'utilisation d'une substance autorisée, la chlorphénésine, couramment trouvée dans les cosmétiques, peut entraîner des niveaux de 4-CPA bien supérieurs à 1000 ng/ml.

«Je suis très heureux que l'USADA ait pu résoudre le cas de Rob rapidement, mais je suis très déçu que l'AMA ait laissé tomber des athlètes intègres avec un manque de soin en instituant des directives scientifiques imparfaites qui, à ce jour, n'ont toujours pas été abrogées. . L'AMA doit agir immédiatement.

Aucun mot encore sur le moment exact où Font pourrait revenir à la compétition ou un adversaire potentiel. Font est actuellement classé 3e dans la division des poids coq masculins de l'UFC, derrière Cory Sandhagen et Petr Yan. Le champion actuel Aljamain Sterling reste à l'écart jusqu'en octobre au moins alors qu'il se remet d'une blessure au cou.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *