Kayla Harrison explique la chute du micro après sa victoire: «Je ne suis pas Miss Congeniality. Je ne suis pas ici pour me faire des amis »


Kayla Harrison sera la première à admettre qu'elle avait besoin de faire ressortir certains sentiments lors de son retour à l'action à PFL 3 jeudi soir dernier.

Frustrée pendant la majeure partie de 2020 après que la PFL ait annulé toute la saison en raison de la pandémie COVID-19, la double médaillée d'or olympique avait fait face à une multitude d'émotions après que sa carrière ait été ralentie alors que l'élan commençait vraiment à se développer. Bien qu'elle ait pu se battre une fois au cours de l'année – et faire ses débuts à 145 livres – Harrison était toujours déçue de ne pouvoir participer qu'à cette seule épreuve.

Malheureusement pour son adversaire Mariana Morais, elle a dû faire face au poids d'Harrison en laissant tout sortir dans la cage.

«Il y a eu des moments dans ce combat où elle abandonnerait son dos et j'ai vu l'étranglement et j'ai vu des soumissions et j'étais comme non, je veux continuer à la frapper», a décrit Harrison en parlant à MMA Fighting. «L'arbitre va me tirer de cette fille. Je veux continuer.

« Normalement, je suis très calculé » oh la soumission est là, allez pour la soumission « mais cette fois, j’étais comme non, je vais battre quelqu'un, bon sang. »

Après une finition époustouflante à seulement 1h23 du premier tour, Harrison a ensuite parlé à Sean O'Connell, l'homme de jeu de la PFL, et il a à peine eu à lui demander grand-chose avant de se lancer dans une diatribe où elle a laissé tomber son humilité à la porte et a proclamé qu'elle était «la femme la plus méchante de cette pièce et de n'importe quelle pièce».

C'était vraiment un moment de chute de micro pour Harrison, d'autant plus qu'elle a en fait retiré le casque après son dernier mot, l'a jeté au sol puis s'est éloigné.

Quelques jours plus tard, Harrison a expliqué ce qui avait conduit à une réponse aussi féroce lors de son premier combat avec la PFL depuis 2019.

«Je veux dire que c’est probablement la tempête parfaite de choses qui se passe dans ma vie», a déclaré Harrison. «Ce n’est pas une fouille chez qui que ce soit. Ce n’est un appel à personne. Ce n’est pas personnel. Cela n’a rien à voir avec Amanda [Nunes] ou toute autre personne à qui je pense [dont je parle]. C'est juste moi qui prétend au monde que je crois en moi et je crois que je tomberai comme le plus grand. Je ne parle pas de déchets. C'est ce que je crois. Ce n'est que mon opinion et je sais que je dois travailler pour prouver cette opinion. Je sais que j'ai beaucoup à faire mais je suis ravi de faire le travail et je suis ravi que maintenant le monde entier sache que j'ai cette confiance en moi.

«Je ne suis pas Miss Congeniality. Je ne suis pas ici pour me faire des amis. Ce n’est pas une entreprise pour se faire des amis. Ces promoteurs ne sont pas mes amis. Ces combattants ne sont pas mes amis. Je suis ici pour un emploi et un emploi seulement et c’est le meilleur de tous les temps et c’est tout. »

Pour qu'Harrison prouve qu'elle est la meilleure de tous les temps, cela va l'obliger à affronter une compétition différente de celle qu'elle a dessinée dans la PFL ces derniers temps.

Dans l'état actuel des choses, Harrison occupe la première place du classement de la ligue aux côtés de Larissa Pacheco, qui a envoyé son premier adversaire le même soir en seulement 51 secondes. Si Pacheco continue de gagner, elle affrontera probablement Harrison en finale, ce qui serait la troisième fois qu’ils se rencontrent déjà.

Harrison a remporté les deux rencontres précédentes de manière inégale.

«Je lui souhaite le meilleur et tout, mais pour mes raisonnements égoïstes, je voudrais me battre contre une compétition différente», a déclaré Harrison. «J'aimerais combattre quelqu'un d'autre et continuer à me mettre au défi et à grandir. Ça craint que nous allons nous battre trois fois. C'est la chose étrange d'avoir une saison. « 

Si Harrison veut lutter contre une concurrence différente, la PFL devra signer un grand nombre de nouveaux talents ou elle devra potentiellement conclure un contrat avec une organisation différente comme l'UFC ou le Bellator MMA.

Ces deux promotions ont établi des champions à 145 livres avec Amanda Nunes et Cris Cyborg et il est difficile d’imaginer un plus grand défi pour Harrison que de réduire au poids plume et de faire face à l’une de ces femmes.

Le nom de Nunes est constamment porté à Harrison non seulement parce qu’elle est largement considérée comme la plus grande combattante féminine de l’histoire, mais aussi parce qu’elles partagent le même entraîneur-chef, Mike Brown, alors qu’elles s’entraînaient ensemble dans la Top Team américaine en Floride.

Un combat entre eux serait au mieux gênant ou destructeur au pire en raison des liens étroits qu'ils partagent avec la même équipe. Cela dit, Harrison est claire lorsqu'elle dit que ses commentaires ne devraient jamais être interprétés à tort comme ciblant Nunes ou quiconque d'autre en tant que futur adversaire.

Si quoi que ce soit, Harrison disant qu'elle a pour mission de devenir la plus grande de tous les temps est vraiment juste à propos d'elle et des objectifs qu'elle cherche à atteindre dans le sport plutôt que d'un combat spécifique qui l'attend à l'avenir.

«Cela n'a rien à voir avec Amanda. Cela n'a rien à voir avec Cris Cyborg. Cela n'a rien à voir avec Claressa Shields », a déclaré Harrison. «Les gens ne disent pas: dis-le bien à Joanna [Jedrzejczyk].» Joanna est ma coéquipière. Cela n'a rien à voir avec Joanna. Ce n’est pas une attaque personnelle contre qui que ce soit.

«C'est ma croyance personnelle en moi. C'est presque ennuyeux que les gens me disent des choses à ce sujet comme «comment osez-vous croire en vous-même». Que diable suis-je censé faire d'autre? Je ne suis pas ici pour être le deuxième meilleur, c'est tout. « 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *