Phoe Thaw, combattante du ONE Championship, blessée dans l'explosion d'une bombe, enlevée par des soldats au Myanmar


Phoe Thaw, combattante du ONE Championship, blessée dans l'explosion d'une bombe, enlevée par des soldats au Myanmar

->

ONE Championship poids plume Phoe Thaw a été blessé dans l'explosion d'une bombe et arrêté par la junte militaire au Myanmar. L'homme de 36 ans a souffert de graves brûlures aux jambes et a été placé en garde à vue par des soldats alors qu'il était soigné à l'hôpital.

Le Myanmar est actuellement sous l'emprise de fer d'une junte militaire qui a pris le contrôle du gouvernement démocratiquement élu plus tôt cette année. Des manifestations ont lieu quotidiennement et les soldats ont riposté par une force meurtrière.

Selon l'armée, Thaw a été blessé lorsqu'une bombe artisanale qu'il avait fabriquée a explosé dans son gymnase à Yangon mercredi soir. Cependant, Reuters a contesté cette version des événements en citant une source qui leur a dit que «la bombe artisanale avait été laissée sur le parking du gymnase par un policier se faisant passer pour un civil».

Thaw détient un record de 8-2 et ses dix combats se sont déroulés sous la bannière ONE Championship. Il a fait ses débuts pour la promotion en 2015 et a remporté ses six premiers combats.

Conor McGregor réagit à la bagarre entre Floyd Mayweather et Jake Paul

Son jeune frère, Kaung Si Thu, est un footballeur professionnel qui a joué pour l'équipe nationale du Myanmar. Selon certaines informations, il a également été arrêté par l'armée vendredi matin.

Thaw aurait été inculpé en vertu de l'article 505 (a) du Code pénal érige en crime la publication ou la diffusion de toute «  déclaration, rumeur ou rapport '', «  avec l'intention de causer, ou qui est susceptible de causer, à tout officier, soldat, marin ou aviateur de l'armée, de la marine ou de la force aérienne de se mutiner ou de méconnaître ou de manquer à son devoir en tant que tel ».

Selon Amnesty, la loi est souvent utilisée pour poursuivre les personnes critiquant l'armée. Ces derniers mois, d'énormes manifestants ont été torturés et même tués après avoir été détenus par la junte.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *