Tyron Woodley nomme « l'adversaire le plus coriace » auquel il ait jamais été confronté: « J'ai tellement vomi après ce combat »


Tyron Woodley, UFC sur ESPN 9
Image: UFC sur Instagram

L'ancien champion des poids welters de l'UFC Tyron Woodley a identifié l'adversaire le plus coriace qu'il ait jamais affronté dans une compétition d'arts martiaux mixtes.

Alors que Woodley a partagé la cage avec des combattants comme Colby Covington, Gilbert Burns, Kamaru Usman, Darren Till, Demian Maia, Stephen Thompson, Robbie Lawler, Rory MacDonald, Carlos Condit, Josh Koscheck et Nate Marquardt, il dit que son ennemi le plus dur à ce jour était Vétéran de la Top Team américaine Nathan Coy.

Woodley a rencontré Coy lors de son cinquième combat professionnel, sous la bannière Strikeforce, en 2010. Il a gagné le combat par décision, mais d'après le son, c'est un combat qu'il n'oubliera jamais.

«L’adversaire le plus coriace que j’ai jamais combattu était un mec nommé Nathan Coy», a déclaré Woodley à Helen Yee récemment (via Essentially Sports). «Il était en fait un de mes coéquipiers chez American Top Team. Les autres gars que j'ai combattus, je n'ai tout simplement pas joué, ou j'ai trop reculé. Ou (Nate) Marquardt, j'étais détendu une seconde de trop sur la cage et il m'a jeté le buffet de coude.

«Mais Nathan Coy, j'étais là», a poursuivi Woodley. «Et j'étais un 100 pour cent et j'allais dur et il allait dur. Et j'ai tellement vomi après ce combat. Oh mon Dieu, c'était si dur…. Et c'était un combat si serré. Je l'ai à peine gagné, mais je me battais aussi fort que je pouvais et il se battait aussi fort qu'il le pouvait. Et c’est le seul que j’ai jamais combattu au niveau qui me correspondait. Tous ceux que j'ai combattus à 50% ou plus, je les ai assommés, battus ou cassés. Quand les gens me battent, je ne suis pas à distance là où je suis censé être.

Tyron Woodley a perdu ses trois derniers combats contre Covington, Burns et Usman. Il cherchera à revenir à la victoire à l'UFC 260, quand il affrontera le candidat poids welter Vicente Luque.

Cet article est apparu en premier sur BJPENN.COM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *