L'immunologue et le médecin du ring réagissent aux protocoles de test COVID-19 «faibles» de l'UFC


L'UFC n'a annoncé ou confirmé aucun détail, mais la promotion mènerait apparemment deux types de tests COVID-19 pour leurs événements à venir. Le personnel, les combattants et les cornermen subiraient «à la fois le test diagnostique du coronavirus sur écouvillon ainsi que le test des anticorps» dès leur arrivée à l'hôtel hôte à Jacksonville, en Floride.

Il y a encore des risques et des limites à ces tests, mais c'est certainement un bon développement qui réduirait les risques d'infection. C'est nettement mieux que l'alternative, mais la question de savoir si ce risque réduit suffirait ou non aux experts pour accepter d'organiser des événements au plus fort d'une pandémie est un sujet complètement différent.

L'Association des médecins de Ringside semble être d'accord avec ces précautions et a inversé sa position initiale de suspendre tous les spectacles. Cependant, deux autres médecins ne sont toujours pas convaincus.

Alan Schenkel, immunologiste et professeur, qualifie les protocoles de test de «plutôt faibles».

Les tests d'anticorps, comme il l'a mentionné, «ne sont pas utilisés pour diagnostiquer la maladie actuelle» car ils vérifient principalement si vous avez déjà eu le virus dans le passé. Il n’exclut pas les infections actives ni n’empêche la propagation. Il peut avoir une utilisation future pour vérifier une éventuelle immunité, mais actuellement, les tests ne sont pas assez précis.

Un écouvillon de diagnostic, comme discuté précédemment, est le test le plus fiable à ce jour, mais présente également un certain risque de faux négatifs car il « n'identifiera pas quelqu'un qui a récemment été infecté ». Cela peut prendre quelques jours avant que les symptômes détectables n'apparaissent dans le nez et la gorge, et c'est probablement pourquoi le professeur Schenkel suggère deux écouvillons nasaux au lieu d'un, pour une découverte beaucoup plus précise.

Le Dr Margaret Goodman, un médecin vétéran du ring, a réitéré sa position sur les tests COVID-19 n'étant pas suffisante, et a fait écho aux réflexions du Dr Schenkel sur la quarantaine. Elle a également critiqué l'ARP pour avoir inversé sa position sur l'organisation d'événements pendant cette pandémie.

Deux tests atténueraient certainement certains risques, mais il y a aussi un problème de ressources et de transparence. Dana White a de l'argent et des relations avec le gouvernement à sa disposition, mais lorsque de nombreux hôpitaux et États manquent de tests, l'UFC en aura-t-il assez pour chaque personnel, combattant et cornerman impliqué dans les quatre spectacles qu'ils ont planifiés en mai? Peuvent-ils suivre les conseils des médecins et effectuer plusieurs prélèvements par personne? Est-ce que cela tombera sur l'UFC, ou les commissions sportives vont-elles de l'avant?

Qu'en est-il des dizaines d'événements de suivi qu'ils prévoient de lancer consécutivement s'ils réussissent ce mois-ci? Peuvent-ils obtenir ces résultats à temps avec les heures d'arrivée et les modes de transport différents prévus par les combattants?

Comme mentionné précédemment, les tests COVID-19 sont certainement un très bon développement, et ils sont susceptibles de respecter leur calendrier à cause de cela. Il reste cependant des questions valables à poser et quelques inquiétudes exprimées par des experts médicaux. L'UFC sera parmi les premiers à accueillir des événements majeurs, et alors qu'ils avancent au plus fort de cette pandémie, nous espérons qu'ils changeront de position et deviendront plus transparents sur la sécurité et les tests à l'avenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *