Aljamain Sterling se sent snobé pour le titre UFC 249, tout comme Isiah Thomas pour «Dream Team»


Si vous vivez sous un rocher, la série documentaire en 10 parties «The Last Dance» d'ESPN, qui documente le titre dominant du Chicago Bull dans les années 90 dirigé par nul autre que Michael Jordan, a pris d'assaut le monde de la télévision et du streaming. .

Il a même dépassé «Tiger King» de Netflix en tant que premier documentaire mondial, qui ont tous deux recueilli des millions et des millions de vues grâce en grande partie aux règles de verrouillage actuelles de COVID-19.

Parmi les points focaux clés de « The Last Dance », il y a le bœuf de Jordan avec Isiah Thomas, le meneur du Hall of Fame qui a amené les Pistons de Detroit à des titres consécutifs à la fin des années 80 aux dépens de Jordan et de ses Bulls. Ce qui a commencé comme une simple rivalité compétitive s'est lentement transformé en l'un des bœufs les plus amers de l'histoire de la NBA.

Après que Jordan et les Bulls aient finalement surmonté la bosse de Detroit et réussi à remporter leur deuxième titre consécutif en 1992, il a dirigé la légendaire «Dream Team» – une équipe composée des 11 meilleurs joueurs de la NBA et d'un joueur universitaire – à l'or olympique à Barcelone, en Espagne.

Par coïncidence, Thomas – qui est considéré comme l'un des meilleurs joueurs de la NBA de tous les temps – ne faisait pas partie de cette équipe historique, qui a étranglé toute l'opposition par une moyenne de 40 points par match. À ce jour, la légende raconte que c'est Jordan qui a appelé à garder Thomas hors de l'équipe, bien qu'il ait rapidement nié cette affirmation.

Personnellement, j’aurais inséré Thomas sur Chris Mullins et Christian Laettner en un clin d’œil.

Au cours d'un des épisodes les plus récents, Thomas a exprimé sa déception après avoir été exclu de l'équipe, affirmant qu'il ne comprenait pas pourquoi il avait été ignoré car il remplissait les critères à la lettre. Ses commentaires sont maintenant devenus un mème vidéo hilarant. C’est un sentiment auquel Aljamain Sterling peut se rapporter, car il est allé sur Twitter pour publier le clip (via Anton Tabuena de Bloody Elbow) après avoir senti qu'il avait lui-même été snobé par l'Ultimate Fighting Championship (UFC) pour un combat pour le titre des poids coq contre Henry Cejudo à l'UFC 249 après que Jose Aldo ait été expulsé.

Au lieu de cela, la promotion a ancré l'ancien champion de division, Dominick Cruz, pour affronter «Triple C» ce samedi (9 mai 2020) à Jacksonville, en Floride. C'était un coup de tête pour certains, Sterling inclus, car Cruz n'a pas concouru depuis plus de 2,5 ans et vient de perdre.

En toute honnêteté, Cruz a été le plus ancien champion en titre de la division des 135 livres, et sa défaite contre Cody Garbrandt a été son premier revers en huit ans, et juste la deuxième défaite de ses 15 ans de carrière.

Sterling – qui essaie de se faire dépasser dans la foulée – a remporté quatre matchs de suite et n'a pas connu de défaite depuis 2017, ce qui, selon lui, est plus que suffisant pour répondre aux critères du championnat. Pas d'inquiétude, en attendant le résultat du combat de samedi soir, « Funkmaster » est aux commandes du conducteur pour un tir sur le vainqueur, bien que Petr Yan aura probablement son mot à dire sur la question également.

MMAmania.com offrira une couverture en direct, tour par tour, coup par coup de l'ensemble de la carte de combat UFC 249 ICI, en commençant par le ESPN +/ Les matchs préliminaires du Fight Pass «Prelims» en ligne, dont le début est prévu à 18h30. ET, puis le solde de sous-carte restant sur ESPN +/ ESPN à 20 h ET, avant l'heure de début de la carte principale PPV à 22h00. ET sur ESPN +.

Pour consulter les dernières et meilleures nouvelles de l'UFC 249: «Ferguson vs Gaethje», assurez-vous de consulter nos archives d'événements complètes ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *