L'Association des médecins de Ringside révise sa position pour soutenir les promoteurs et les organes directeurs


Lorsque le président de l'UFC, Dana White, a tout fait pour aller de l'avant avec l'UFC 249 le 18 avril, il a pris beaucoup de risques sous différents angles pour essayer d'organiser un événement pendant la pandémie de coronavirus.

Il a finalement débranché la prise le 18 avril à la demande du partenaire de diffusion ESPN. Il va maintenant de l'avant avec une carte de combat UFC 249 remaniée le 9 mai, date à laquelle il a l'intention de poursuivre ses opérations pour le reste de l'année. Le calendrier initial de White comprend l'UFC 249 et deux autres événements dans un délai de huit jours afin de se remettre sur la bonne voie.

Au moment où White essayait pour la première fois d'avancer avec la date du 18 avril, l'Association des médecins de Ringside était l'une des organisations qui semblait s'opposer fortement à la tenue d'un événement au milieu de toutes les restrictions de COVID-19. À cette époque, l'ARP a publié une déclaration disant: «Nous recommandons que tous les événements sportifs de combat soient reportés jusqu'à nouvel ordre. Cela inclut tous les événements, quel que soit le nombre de personnes impliquées. Tout sport de combat ayant lieu pendant cette pandémie mondiale place les athlètes, les officiels et toute autre personne impliquée dans l'événement sous un risque inutile d'infection et de transmission de Covid-19. »

L'ARP a publié samedi une déclaration révisée sur la question, offrant son aide à toute organisation de sports de combat qui souhaiterait aider à l'élaboration de lignes directrices et de procédures de sécurité pour fonctionner alors que les États-Unis commencent à redémarrer leur économie.


TENDANCES> Dana White se sent bien à propos de l'UFC «se poursuit tout au long de l'année»


Association des médecins de Ringside 2 mai 2020, Déclaration COVID-19

Ta Association des médecins de Ringside reconnaît que les circonstances de la pandémie de COVID-19 sont en constante évolution et évolution. Alors que les commandes de séjour à domicile sont assouplies, les commissions sportives et les organes directeurs des sports de combat cherchent à reprendre leurs opérations.

Bien qu'il soit impossible d'éliminer tous les risques associés à COVID-19, des précautions peuvent être prises pour réduire le risque de transmission virale. De nombreuses commissions, organisations et promoteurs sportifs développent de nouvelles directives pour limiter l'exposition à toutes les personnes impliquées dans les événements, y compris les athlètes, leurs équipes, le personnel des commissions et le personnel de soutien.

Les procédures des événements sportifs de combat concernant les précautions concernant le COVID-19 doivent être activement développées, régulièrement revues et modifiées en fonction de l'évolution des connaissances et des preuves scientifiques avancées par les autorités de santé publique. Ces directives devraient également impliquer les responsables locaux et régionaux de la santé publique ainsi que les experts en maladies infectieuses et les épidémiologistes.

Nos pensées continuent d'être avec ceux qui ont été et seront touchés par cette maladie. Nous restons résolus dans notre mission de servir, protéger et éduquer tous ceux qui sont impliqués dans les sports de combat. Si une organisation de sports de combat souhaite obtenir de l'aide pour l'élaboration de ses directives, l'Association of Ringside Physicians peut fournir une assistance et des conseils.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *