Demetrious Johnson ne s'inquiète pas d'un combat pour le titre dans une arène vide


Demetrious Johnson sait depuis octobre dernier que son prochain combat est Adriano Moraes. Maintenant que leur combat a été repoussé plus loin en raison de la pandémie de coronavirus, il a eu encore plus de temps pour y penser.

L'ancien roi des poids mouches de l'UFC devrait affronter Moraes pour le titre ONE poids mouche (135 livres), bien que la date et le lieu de leur réunion aient été modifiés à trois reprises en raison des précautions prises par COVID-19. Pour l'instant, le combat a été reporté indéfiniment.

Johnson (30-3-1) est 3-0 avec la promotion basée à Singapour jusqu'à présent, avec toutes ses victoires à venir dans un tournoi poids mouche qui a déterminé le concurrent n ° 1 pour Moraes. Depuis qu'il a remporté une décision unanime sur Danny Kingad en août dernier pour mériter son coup, « Mighty Mouse » a dû jouer le match d'attente.

Comment tout ce temps a-t-il affecté la préparation de Johnson?

« Ce n'est pas du tout le cas, car je ne pense pas toujours au combat », a récemment déclaré Johnson à MMA Fighting. «J'ai tellement de choses à faire dans ma vie que je ne vais même pas m'inquiéter de m'entraîner ou de me battre avec tout ce qui se passe. Mentalement, ce n’est pas difficile du tout. J'ai beaucoup de choses dans mon assiette, beaucoup de choses sur lesquelles j'ai travaillé et beaucoup de choses que j'ai hâte de lancer, je suppose que vous pouvez dire. « 

À plus d'un titre, Johnson a été au sommet de la situation COVID-19. Washington, où Johnson et sa famille résident, a été l'un des premiers États durement touchés par le virus, et son gymnase a été fermé deux semaines avant que des mesures similaires ne soient prises dans tout l'État. Il a eu amplement le temps de trouver la meilleure façon de gérer l'isolement et les changements dans sa routine, qui incluent la garde de ses trois enfants, le maintien de la forme et beaucoup de jeu (pour le moment, Johnson est particulièrement passionné par le jeu de tir hardcore). S'échapper de Tarkov).

Si quoi que ce soit, il semble que la nouvelle norme convienne parfaitement à Johnson.

« La structure est la clé et l'équilibre est la clé », a déclaré Johnson. «Nous nous réveillons le matin et après avoir pris le petit déjeuner, la scolarité commence à 9h00. Nous avons un enfant dans une salle de classe, l'autre dans le salon avec notre fille. Nous avons mis leurs visages dans certains livres et après un certain temps, quand nous voyons qu’ils se sont tous deux évanouis, nous nous disons: «D'accord, allez faire ce que vous voulez. Sautez sur votre iPad, allez jouer à des jeux vidéo, faites ce que vous voulez. »

« C’est là que ma fille fait une sieste. Au réveil de sa sieste, tout le monde se remet au travail. Nous avons des choses, puis quand vous avez fini, nous allons jouer, nous dînons ensemble, allons jouer, mettons les enfants au lit. C'est une question de structure et d'équilibre. Je suis un type en noir et blanc. Je me dis: «On fait ça? Oui ou non. « Ma femme est dans l'autre sens, » Voyons et jouons à l'oreille. « Donc, vous devez avoir cet équilibre. »

À moins que Johnson ne sache que quelque chose a changé concernant son prochain combat, tout ce qu'il peut faire est de rester en bonne santé. Il a déjà été mis dans un camp de combat de six semaines pour se préparer à Moraes, et bien qu'il n'ait pas été informé des précautions que ONE prend pour assurer un événement sûr, il insiste sur le fait qu'il ne s'inquiète pas pour le moment.

ONE a déjà organisé un événement dans une arène vide, Roi de la jungle au Singapore Indoor Stadium en février dernier. Johnson a dit qu'il ne serait pas dérangé si son combat de championnat avait lieu devant un public nul.

« J'y ai pensé, mais je revenais juste à l'époque où je me suis battu sur les préliminaires et sur Facebook, (et) il n'y a personne dans les tribunes », a déclaré Johnson. « Je me souviens que je parlais à (ancien combattant de l'UFC) Andrew Craig à Onnit et il dit: » Mec, ça ne serait pas bizarre de se battre quand personne n'est dans les gradins. « J'étais comme, » S * ça, j'ai J'y ai participé. »J'ai participé au Tacoma Dome devant 35 000 personnes luttant pour un championnat d'État, et j'ai déjà participé à des arènes vides. J'ai donc été sur les deux spectres.

«Même dans les arts martiaux mixtes, j'ai concouru devant 30 000 personnes à Toronto et à Vegas, etc., etc., et j'ai participé en Amérique du Nord au tout premier combat de la nuit. Ça ne fait aucune différence. »

Au cours de sa course de sept ans avec l'UFC, Johnson a été tête d'affiche ou co-vedette à plusieurs reprises, il a donc l'habitude de se produire devant une salle comble. Lors de ses débuts avec ONE en mars dernier, il a combattu au célèbre Ryogoku Sumo Hall, ce qui lui a donné une ambiance complètement différente de celle de Zuffa.

Pour décrire l'expérience, Johnson a utilisé un mot que l'on ne pourrait pas associer immédiatement aux combats en cage: «Intime».

« Vous bloquez tout le reste, vous ne le remarquez pas, et à la fin de la journée, cela devient plus une chose intime », a déclaré Johnson. « Ce que je veux dire par là, c'est que lorsque vous avez une foule et tout ça, vous essayez de divertir les fans. Quand il n'y a pas de fans là-bas et la foule, c'est plus une chose intime, parce que c'est tout le monde qui fait partie de la société au lieu des fans qui aiment le combat.

« Comme lorsque j'ai combattu au Japon pour la première fois dans une arène de sumo, c'est une arène très confinée, donc c'était plus un combat intime que quand je me battais à Manille, où c'est une immense arène. C'est comme, 'Holy s * it, ce truc est énorme.' »

C’est ainsi qu’il envisage d’aborder son match contre Moraes, foule ou pas. Ce sera le 15e combat pour le titre de Johnson et comme d'habitude, il se concentrera strictement sur lui-même et sur l'homme qui sera en face de lui.

« C'est juste un autre combat », a déclaré Johnson. « C'est comme ça que je regarde tous mes combats. Je ne les regarde pas comme, mec, c'était le moment le plus étrange. Je n'étais que le premier combat de la nuit, c'était un prélim, puis je me bats en Asie. Donc pour moi, je le fais depuis que j'ai 18 ans. Les combats sont des combats. « 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *