Kayla Harrison ne peut pas attendre que le PFL lui obtienne les combats dont elle a besoin


Kayla Harrison (7-0) est relativement nouvelle dans le MMA et avec la compétition étant une grande partie de sa vie, s'absenter de la saison 2020 en raison de la pandémie comme tout le monde doit, ne se sent pas bien avec elle. Cela ne convient pas à beaucoup de gens, mais l'histoire nous a dit que cette pandémie passera avec le temps. Cependant, le temps est un atout que les combattants professionnels comme Harrison apprécient beaucoup, et s'asseoir une saison n'est pas une bonne utilisation de son temps.

« Je ne peux pas me battre », a récemment déclaré Harrison ESPN lorsqu'on lui a demandé ce qu'elle pensait de la Professional Fighters League (PFL) reporter toute la saison 2020. Le format de la saison du PFL a généralement commencé fin mai ou début juin dans le passé, mais avec la levée des restrictions dépendant de la façon dont le pays et le reste du monde reviennent à la normale, le PFL a jugé préférable de reporter toute la saison.

« Écoutez, la seule chose que vous ne pouvez pas acheter dans la vie est le temps, la seule chose que je ne pourrai jamais récupérer est le temps », a déclaré Harrison et qu'elle, « ne peut pas se permettre de prendre 15 mois de congé pendant que je suis dans la fleur de l'âge de ma carrière, sans me battre. » Harrison a remporté le titre des femmes poids léger PFL 2019 l'année dernière et est devenu ambassadeur de la marque pour le PFL et sa division poids légers femmes. Elle a grandi avec le PFL et leur format, donc arrêter maintenant pourrait nuire à son évolution avec un combattant professionnel compétitif.

« La seule chose que je ne pourrai jamais récupérer, c'est le temps. » – Kayla Harrison

Harrison, médaillée d'or olympique, a déclaré qu'elle ne se battait pas pour l'argent, mais plutôt qu'elle concourait pour «la gloire, l'héritage et le fait que je veux être le meilleur au monde». Elle aime et soutient ce que le PFL a fait, mais si d'autres combats ont lieu dans d'autres organisations cette année, elle ne voit aucune raison pour laquelle elle ne devrait pas se battre. Elle a dit que le PDG de PFL, Peter Murray, essaierait de travailler avec elle, mais que, comme tout le reste, cela dépend du temps et de la façon dont les choses s'améliorent.

Le PFL est la seule promotion qui a la classe et le format de poids pour Harrison et même si elle a déclaré dans le passé qu'elle préférait rester à 155 livres, l'UFC et Bellator ne dépassent pas 145 livres. Harrison préfère ne pas avoir à explorer d'autres options si le PFL peut en quelque sorte faire quelque chose cette année, a-t-elle déclaré: « J'espère qu'ils (PFL) m'offriront quelques combats, car c'est ce dont j'ai besoin. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *