[IMAGE] Une petite étude montre l'impact de la subjectivité sur les tableaux de bord des juges débutants dans le projet de dissertation MMA-my pour l'université: MMA


Juger un combat et la façon dont les juges marquent les combats est problématique. Un exemple auquel j'aime penser: Disons Anderson Silva vs GSP dans un combat à 3 rounds.

Premier tour, disons A.S. atterrit 100 coups de poing et atterrit sur le SPG 1. Supposons qu'aucun retrait ne soit effectué. Toutes choses égales par ailleurs, A.S. vents autour 1.

Round 2 GSP décroche 5 coups de poing, A.S. atterrit 1 coup de poing. GSP remporte la manche 2. Pas de démontage.

Le Round 3 GSP décroche 5 coups de poing et A.S. atterrit 1 coup de poing. Pas de démantèlement, pas de « contrôle octogonal » évident, ce qui en soi est également idiot.

Avec le système actuel, GSP aurait gagné le combat car un combat est marqué par tour. Nombre total de frappes débarquées A.S. out frappé GSP de manière significative, mais perdrait le combat. Je ne dis pas que j'ai une solution spécifique, mais le système actuel est défectueux, et toujours biaisé vers le grappling et le « contrôle ». Marcher quelqu'un n'est pas dommageable, mais est considéré comme un contrôle et de manière dominante. D'accord, disons que vous abattez quelqu'un, mais il se relève immédiatement. Points accordés pour le gars qui se fait démonter, mais aussi pour le gars qui se relève. La personne obtenant le retrait n'a fait aucun dommage, il est donc étrange que les démontages soient récompensés. Je comprends qu'il y a un risque à tirer pour un démontage, mais il y a aussi un risque à tenter de balayer ou de se tenir debout par le bas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *