Voici comment les combattants «Bloodsport» se comporteraient dans l'UFC, classés


Par |

Revisiter d'anciens événements sportifs et films est un acte qui est rapidement devenu populaire compte tenu du climat actuel de mise en quarantaine COVID-19.

Donc, que vous vous ennuyiez lorsque vous êtes coincé à la maison ou que vous soyez juste un super nerd comme moi et que vous ne puissiez pas vous empêcher de disséquer davantage les choses, j'ai pensé qu'il serait amusant de classer certains de nos personnages préférés (fictifs et non) sur la façon dont ils ils faisaient de la compétition dans les arts martiaux mixtes modernes.

Pour le premier épisode, nous couvrirons «Bloodsport», qui est actuellement diffusé sur Netflix.

Quel que soit votre niveau de scepticisme en ce qui concerne à la fois Frank Dux et Hollywood racontant cette histoire, il est difficile de nier l'influence que le film porte plus de 30 ans plus tard, car vous aurez du mal à trouver des combattants qui ont jamais vu ou ne possède pas de copie de ce classique culte (pour ceux qui ne le savent pas, ce film, pour les artistes martiaux, est sans doute l'équivalent de ce que « Scarface » est pour les rappeurs).

Le Kumite dans « Bloodsport » propose une pléthore de styles de combat qui dégagent de fortes vibrations UFC 1, donc on a l'impression de tricher et d'inviter à comparer ce favori de l'enfance à ma passion actuelle.

Néanmoins, bien que je vous encourage à engager vos terminaisons nerveuses nostalgiques pour celui-ci, je préviens toute personne qui applique des «mathématiques MMA» à cet article, car le classement ici ne reflétera pas nécessairement le résultat du tournoi qui a eu lieu à le film. Encore une fois, il s'agit de la façon dont ces personnages feraient dans le MMA d'aujourd'hui – pas l'un contre l'autre.

Alors sans plus tarder…

****

N ° 15: Sadiq Hossein

La discipline: Harcèlement?
Forces: Faire de mauvais paris, être un con
Une analyse: Ne soyez pas surpris de voir un point d'interrogation attaché à de nombreuses sections de la discipline des arts martiaux dans cet article, car ni le film ni les aperçus de la plupart des actions n'offrent beaucoup en ce qui concerne le style de combat ou les références concrètes.

Hossein, cependant, semble correspondre à l'archétype classique de l'intimidateur, pour tout ce qui en vaut la peine, car il gagne ce classement au bas du baril pour ses deux maigres apparitions.

Tout d'abord, nous voyons Hossein tenter d'utiliser ses «capacités de combat» pour frapper la principale dame Leah Ayres, heureusement contrecarrée par les mains rapides de Frank Dux. Comme si le fait de mal traiter les femmes (dans un film qui ne rend pas vraiment justice aux femmes en premier lieu) n'est pas assez mauvais, Hossein tombe alors pour un mauvais pari / une griffe limite qui montre à la fois à quel point il est lent et stupide.

Ensuite, nous voyons Hossein dessiner Dux en premier dans le Kumite, qui finit par ressembler à une version encore plus courte des débuts d'Anderson Silva en ce qui concerne la précision. Malheureusement pour Hossien, il n'a montré aucune capacité à défendre un coup de poing ou un coup de pied rond avant de se faire niveler (apparemment dans la vraie vie) par un coude tournant Dux en route pour essayer de délivrer un tir bon marché.

Je ne suis même pas sûr que ce gars remporte une victoire sur le circuit amateur MMA, et encore moins réussit à se battre la nuit sans se disputer lors des pesées.

N ° 14: Gustafson

La discipline: Conseil cassé?
Forces: Stylin ’et profilin’
Une analyse: Je ne pense pas que la « rupture de planche » soit même un style, mais le bois est à peu près la seule chose que nous voyons Gustafson frapper tout ce film.

Bien sûr, il est sorti par nul autre que Chong Li, mais comment diable Gustafson a-t-il même pu se rendre au troisième jour du Kumite en premier lieu?

Je veux dire, le mec se bat essentiellement avec des pantalons sur lesquels même MC Hammer penserait qu'ils sont trop gros, et cela ne mentionne même pas le fait qu'il peut être vu (mal) dans l'ombre de la scène « Dim Mak » portant un pull noué autour de son cou comme un preppie des années 90.

Quelle que soit l'itération de notre sport dans laquelle vous insérez Gustafson, il est difficile de le voir être autre chose qu'un combattant régional de moins de 500 ans habitué à mettre en place des perspectives d'avenir.

1 2 3 4 5 6 7 8 9… 10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *