Elias Theodorou: « Le style de combat » a été affecté par une neuropathie bilatérale avant de recevoir du cannabis TUE


Ne soyez pas surpris si la prochaine fois que vous verrez Elias Theodorou participer, il sera un combattant différent de celui qu'il était à l'UFC.

« The Spartan » s'est séparé de la promotion en mai dernier suite à une défaite contre Derek Brunson à l'UFC Ottawa, malgré sa première défaite en quatre combats et son record général de l'UFC à 8-3. Lors de ces 11 apparitions, Theodorou n'a enregistré que deux arrivées – sa dernière en mars 2015 – et ce manque de point d'exclamation sur ses performances a peut-être contribué à son départ.

En février, Theodorou est devenu le premier combattant de MMA à recevoir une exemption pour usage thérapeutique du cannabis médical, qui lui a été accordée par la British Columbia Athletic Commission. Le Canadien de 31 ans est depuis longtemps un défenseur de l'utilisation du cannabis comme traitement médical et il l'a utilisé pour l'aider à faire face à la douleur neuropathique bilatérale qui affecte ses bras et ses mains.

L'état de Theodorou a influencé son approche de ses combats à l'UFC, le cannabis étant strictement interdit en compétition selon les directives de l'USADA, et il a parlé de la mesure dans laquelle l'automédication pourrait lui être bénéfique à l'avenir.

« J'ai une neuropathie bilatérale, donc des lésions nerveuses de mes membres supérieurs », a déclaré Theodorou lors de l'épisode de lundi Le côté A chat en direct. «Mes mains réelles sont là où se trouvent les problèmes et une grande partie de mon style de combat au cours des deux derniers jours a été de prendre cela en compte et de le contourner.

«Maintenant, être capable de prendre des médicaments et de ne pas avoir ces poussées que j'ai normalement, car encore une fois, faire subir à votre corps non seulement l'entraînement et la condition que j'ai déjà, mais aussi la coupe de poids elle-même inhibe ma capacité à concourir à un niveau de jeu champ. »

Theodorou a déclaré que le cannabis médical est utile à la fois pour calmer ses nerfs et pour gérer la douleur d'une carrière de combat compétitive. Les athlètes pratiquant des sports professionnels se voient souvent prescrire des opioïdes, des analgésiques et d'autres médicaments pour lutter contre leurs maladies, et Theodorou pense que l'ajout de cannabis à cette liste est une question d '«égalité médicale».

Bien qu'il ait peut-être utilisé différentes tactiques à l'intérieur de l'octogone avec sa neuropathie bilatérale non contrôlée, Theodorou ne blâme pas ses trois pertes à l'UFC de ne pas être autorisé à prendre des médicaments avec du cannabis.

« J'ai combattu des gars vraiment durs et j'ai gagné plus que je n'en ai perdu plusieurs fois », a déclaré Theodorou. «Ceux que j’ai perdus, je n’attribuerais rien à l’impossibilité de prendre des médicaments. Chaque combat individuel est chaque situation individuelle, donc je n'utiliserais jamais d'excuse, le meilleur homme a gagné, je dirais. Mais encore une fois, les seules personnes que j'ai jamais perdues étaient les 10 meilleures au monde à l'époque, et l'une de ces personnes était Thiago Santos. Même dans cette situation, j'ai pu prendre tout ce qu'il m'a lancé et ne jamais arrêter.

«L'une des choses que j'ai pu en tirer, c'est que même en tant que combattant professionnel, le combat ou le vol est encore enraciné en nous. Même lorsque les efforts se multiplient, je peux toujours me battre dans les pires situations et dans les guerres les plus sanglantes. »

Pour célébrer «4/20» – la célébration du 20 avril largement reconnue par la culture du cannabis – Theodorou espérait se battre en avril en Colombie-Britannique, où il a obtenu son exemption, bien qu'un combat n'ait jamais été finalisé. Partout où il concourra ensuite, Theodorou est optimiste quant à la poursuite de son AUT vers d'autres juridictions.

« En raison de la façon dont l'ensemble du système fonctionne en ce qui concerne les commissions, maintenant que j'ai obtenu une exemption pour usage thérapeutique dans une juridiction, la plupart sinon la totalité devraient valider mon exemption en raison de la façon dont tout fonctionne », a déclaré Theodorou. « Le cas d'espèce serait que si quelqu'un était suspendu pour usage de stéroïdes et qu'il était suspendu pendant un an, disons, New York, Californie ne leur permettrait pas de s'enregistrer avant la fin de leur suspension.

«Eh bien, la même chose se produit dans les décisions positives. C’est le cas en ce qui concerne mon autorisation d’utilisation thérapeutique. Il y a déjà des conversations préliminaires avec d'autres commissions qui, une fois de plus réservé une bataille dans ce domaine, valideront très probablement mon autorisation d'utilisation thérapeutique. Évidemment, ce fut beaucoup de travail acharné et cela a pu [arriver] à cause de moi faisant valoir mon droit canadien fondamental à la médication tel que prescrit par mon médecin en Colombie-Britannique, mais maintenant à cause de cette décision, je suis en mesure de prendre ce précédent et courir avec elle non seulement en Colombie-Britannique mais partout ailleurs je me bats. « 

Theodorou a déjà combattu une fois depuis son départ de l'UFC, remportant un troisième tour contre son compatriote Hernani Perpetuo lors d'un spectacle à Windsor, en Ontario, en décembre dernier. Selon Theodorou, il n'a pas été testé pour le cannabis avant ce combat et être capable de s'auto-soigner a fait une différence.

« En réalité, c'était le premier combat que j'ai pu soigner comme prescrit par mon médecin et, évidemment, les résultats se sont révélés », a déclaré Theodorou. «En compétition au plus haut niveau comme je l'étais à cause des tests stricts, à bien des égards, je concurrençais dans une position désavantageuse par rapport aux autres athlètes qui peuvent prendre des médicaments selon les prescriptions de leur médecin. Alors maintenant, avec l'AUT et d'autres avenues pour rivaliser sur un terrain de jeu compétitif, je suis ravi de continuer cette séquence de victoires et d'écraser la prochaine personne qui se tiendra devant moi. « 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *