Gerald Meerschaert heureux de se remettre sur la bonne voie à l'UFC 248, les yeux reviennent rapidement


Comme beaucoup d'entre nous, Gerald Meerschaert commence à devenir un peu fou de vivre la vie en quarantaine.

Il y a un peu plus d'un mois, Meerschaert était à Las Vegas, en compétition devant une foule en direct à la T-Mobile Arena, où il a présenté Deron Winn à l'UFC 248. C'était avant que tout ne change en raison de la pandémie de COVID-19.

Avec les commandes à domicile en place dans le monde entier, cinq semaines ressemblent plus à cinq mois pour le poids moyen de l'UFC.

« Je compte mes bénédictions chaque jour », a déclaré Meerschaert à MMA Fighting sur Que diable. «C'était le dernier combat devant une foule remplie. Je sais qu'ils ont eu Brasilia juste après ça, mais il n'y avait personne dans la foule, et si je dois commencer à me battre dans l'APEX comme Dana White continue de parler, je le ferai avec plaisir.

Mais c'est toujours agréable de se mettre devant les fans en direct, pour commencer. Deuxièmement, le moment où cela se produit juste avant (le coronavirus a affecté les États-Unis) aide beaucoup à passer aussi longtemps que cela prend. Il y a même beaucoup de gars qui n'ont pas combattu depuis l'année dernière. Ils vont être plutôt mal. Je compte donc chaque jour mes bénédictions pour cela. »

Bien que la routine de chaque combattant soit légèrement différente, les horaires post-combat sont assez cohérents. Après avoir réfléchi à la performance la plus récente, ils retourneront généralement au gymnase dans les deux semaines, sauf blessure grave. L'objectif est de rester précis et de s'appuyer sur le récent voyage en octogone.

Avec des gymnases fermés à travers le pays, y compris la base de Meerschaert à Roufusport, « GM3 » semble stagner depuis qu'il a vaincu Winn.

« C'est bizarre dans ma tête en ce moment, parce que j'ai l'impression que je suis encore sur ma petite pause », a déclaré Meerschaert. «Après le combat, je n'ai pas pu retourner au gymnase comme je le ferais normalement. C’est un peu comme si je n’étais jamais revenu, donc je suis toujours sur cette période de repos. Mais, mec, j'ai hâte de retourner au gymnase. Nous devons ouvrir cette sauvegarde bientôt. « 

Le vétéran de 43 combats a amélioré son record dans l'UFC à 6-4 avec la victoire à l'UFC 248. Meerschaert est arrivé à son dernier combat après avoir perdu trois sur quatre dans l'octogone, y compris deux décisions controversées divisées contre Eryk Anders et Kevin Holland .

Meerschaert pense qu'il a affronté la meilleure version de Winn qui a concouru à l'UFC après avoir partagé un peu plus de 12 minutes dans l'octogone. Au final, il est satisfait de la performance globale.

« Je mentirais si je disais que non », a-t-il dit. «Je venais de vivre une défaite difficile, et ça fait toujours du bien d’obtenir une victoire. Je veux toujours aller là-bas et faire en sorte que ce soit facile. Je veux battre quelqu'un et avoir l'air bien de le faire. Je me suis fait prendre avec quelques coups de poing et, pour être honnête avec moi-même, que je le doive ou non, pour le meilleur ou pour le pire, je fais de chaque combat un combat, si cela a du sens.

« Il n'y a jamais de répression unilatérale. Je finis toujours par me mettre dans une position précaire où je dois riposter, ou lutter contre une sorte d'adversité. La vérité est que, aussi cool que ce serait d'avoir un KO propre d'un coup de poing, j'aime combattre les gens. J'aime y entrer et le mélanger avec les gens. J'avais des gens qui me disaient: « Comment as-tu laissé un mec aussi court te frapper? » Mec, je ne suis pas ici pour jouer au tag et fuir, je suis ici pour combattre quelqu'un. Si vous allez entrer dans la cuisine et être chef, vous allez avoir un peu de sauce sur le tablier, et je suis tout à fait d'accord avec ça. « 

Au milieu de la pandémie de coronavirus, l'UFC est prête à faire avancer le train. La promotion vise le 9 mai pour leur prochain événement, qui pourrait servir de coup d'envoi à des événements hebdomadaires à huis clos à l'UFC APEX à Las Vegas.

Bien sûr, la décision de l’UFC d’aller de l’avant continue de susciter des réactions mitigées. Controverse ou non, Meerschaert est prêt à répondre à l'appel dès qu'il arrive.

« Je vais toujours vouloir me battre », a-t-il expliqué. «Je vais toujours penser que je suis invincible, mais je sais que je ne le suis pas. La partie sceptique de moi qui croit aux chiffres et à la science, je sais pertinemment que ce n'est probablement pas une bonne idée. Mais je suis hors de mon esprit. Je veux combattre quelqu'un dans une cage. Je m'en fiche si c'est sur « Mortal Kombat Island », inscrivez-moi. Je vais flipper parachute dans ce mofo. Je vais sauter en parachute pour la première fois de ma vie juste pour pouvoir combattre quelqu'un.

« Nous savons tous les deux que c'est ce que je veux faire, non? Mais je comprends aussi qu'il y a une très grande possibilité que ce ne soit pas la meilleure idée. Vous devez être ouvert et disposé à entendre les deux côtés et à deviner quoi? Je sais peut-être que c'est une mauvaise idée et je pourrais toujours le faire. Entrer dans le combat n'est probablement pas le meilleur mouvement de carrière jamais comparé à ce que je pouvais faire de ma vie. Mais je l'ai fait quand même, alors voilà. »

Meerschaert a récemment – et très respectueusement – appelé à se battre avec Ian Heinisch à cause de ce numéro insaisissable attaché à son nom. Heinisch pourrait avoir son prochain combat aligné, comme il se trouve. Donc, si ça ne peut pas être non. 13, Meerschaert est heureux avec quiconque l'aidera à gravir l'échelle de 185 livres.

« N'importe qui dans le top 15, je suis plus qu'heureux de me battre », a déclaré Meerschaert. « Évidemment, ils ne vont pas me mettre avec quelqu'un dans le top cinq. Je le prendrais, mais je pense à 15 ans, à aimer 12 ou 11 ans, n'importe qui là-dedans, je suis pour.  »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *